mobilier urbain critèresIls font partie de notre quotidien, dans les rues que nous empruntons. Eux, ce sont les éléments de mobilier urbain qui façonnent les espaces publics ou privés, et nous aident par leurs fonctionnalités. Des dispositifs d’éclairage aux poubelles en passant par les objets liés à la circulation ou les abris, le mobilier urbain peut prendre de nombreuses formes. Il se retrouve aussi à l’intérieur des bâtiments pour guider les visiteurs, les accueillir. Voici une présentation des attentes concrètes des collectivités et les pistes futures du développement du mobilier urbain.

Le mobilier urbain doit être polyvalent

Le mobilier urbain doit répondre à une double contrainte : accompagner l’évolution de la société et s’adapter aux changements, tout en ayant une pérennité forte. Deux objectifs contradictoires ? Complémentaires plutôt. Il suffit de regarder les cabines téléphoniques qui disparaissent au profit de bornes de partage de vélo ou encore les panneaux d’affichage traditionnels qui s’intègrent désormais avec plus d’harmonie dans le décor. « Le mobilier urbain idéal est polyvalent, simple et peu encombrant en plus d’être harmonieux au regard » confiait Bruno Gouyette, urbaniste et directeur des espaces publics de la Mairie de Montreuil, lors de la conférence « Mobilier Urbain : Fonctions et Usages » qui s’est tenue au CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers) à Paris en novembre 2013.

Polyvalent, le mobilier urbain doit composer avec une population citadine de plus en plus nombreuse et des espaces publics qui se raréfient. Le mobilier urbain devient un outil d’aménagement stratégique pour les villes. Plus discret, mieux intégré… quels sont les critères de ce mobilier ?

Approche environnementale et sociétale pour une allure différenciante

Selon une étude réalisée par l’Union nationale des industries française de l’ameublement (Unifa) en 2012, qui s’intéressait aux nouveaux enjeux pour le mobilier urbain et l’aménagement des villes, il est possible d’identifier les besoins et les attentes des collectivités en matière de mobilier urbain :

  • Le mobilier urbain doit accompagner l’évolution de la société. Il doit notamment s’adapter aux nouvelles formes de mobilité (piétons, cyclistes) tout en respectant les normes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite.
  • Le mobilier urbain doit répondre aux critères environnementaux fixés par les collectivités. Dans le choix des matériaux et leur valorisation en fin de vie, les éléments de mobilier urbain doivent s’intégrer dans une logique environnementale.
  • Le mobilier urbain doit proposer des coûts réduits tout au long de son cycle d’utilisation. Les coûts de maintenance et les frais liés à l’achat d’accessoires doivent rentrer dans le calcul du prix. Il faut trouver le bon compromis solidité / coût / durée de vie.
  • Le mobilier urbain doit renforcer l’identité des villes. Il existe de véritables chartes du mobilier urbain dans certaines villes, pour harmoniser les achats et proposer une personnalisation de l’espace public.

Outil d’aménagement de l’espace, le mobilier urbain n’est pas à sélectionner par défaut, mais doit au contraire entrer dans une réflexion globale. Un banc, un aménagement en bordure de quai ou encore un espace cycliste peut devenir un territoire de communication, un élément de lien social, qui rend la ville plus belle et fonctionnelle.

Comments

Aucun commentaire.

Déposer un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire.

© Copyright . Tous droits réservés.