Médecins équipés d'une charlotte, d'un masque, d'une blouse et d'autres équipemetns de protection pour procéder à une opérationFaisant partie des salles blanches, les salles d’opération sont parmi les plus strictes en termes de protocole d’hygiène et de décontamination. Les risques sont en effet très élevés étant donné la délicatesse des opérations qui s’y déroulent. Un seul équipement non conforme suffirait pour exposer le patient aux infections nosocomiales dont les conséquences peuvent être très graves. Quels sont les équipements de décontamination à utiliser lors d’une opération ? Focus.

Surchaussures de salle blanche : parce que nos chaussures sont parmi les meilleurs foyers à bactéries

Parce que nos chaussures peuvent abriter jusqu’à 421 000 bactéries différentes, le port de surchaussures en salle blanche est indispensable. Certes, le personnel médical utilise des chaussures spéciales en milieu hospitalier, mais le port de surchaussures comme celles distribuées sur conformat.com est quand même obligatoire lors d’une opération. En effet, étant donné la circulation des bactéries via les chaussures des personnes qui vont et viennent dans ces endroits, mêmes des chaussures portées seulement au sein de l’enceinte sont de véritables nids à bactéries.

En tout cas, de nombreuses bactéries trouvent refuge dans nos chaussures :

  • La klebsiella pneumoniae qui est responsable des infections urinaires
  • La serratia ficaria qui est responsable des infections des voies respiratoires
  • Les coliformes et l’escherihia coli ou e.coli qui sont présents dans les matières fécales
  • Le Clostridium difficile qui provoque des diarrhées

Calot, charlotte ou bonnet médical : car les cheveux abritent aussi des bactéries

Avant de parler des charlottes et autres protections portées au niveau de la tête, notons que le corps humain est l’une des principales causes de contamination d’une salle blanche. En effet, notre corps produit beaucoup de contaminants, entre autres les cellules mortes, les poils et les cheveux. Ainsi, le port de protections qui enveloppent les cheveux et la barbe est obligatoire dans un bloc opératoire.

Les bactéries présentent au niveau des glandes sudoripares et des follicules pileux (au niveau des cheveux et des poils), sont inoffensifs s’ils se déposent simplement sur la peau. Elles deviennent par contre pathogènes en cas de pénétration dans la peau à travers une plaie ou une incision comme lors d’une intervention chirurgicale.

Tout le corps doit être isolé

Les surchaussures de salle blanche et la charlotte sont donc obligatoires, mais en réalité, l’ensemble du corps doit être isolé dans le bloc opératoire. En effet, des millions de bactéries vivent à la surface de la peau. La plupart ne nuit pas à notre santé, mais elles peuvent provoquer des infections du site opératoire, dont les infections nosocomiales si elles pénètrent sous la peau pendant une intervention chirurgicale.

Plusieurs germes sont responsables des infections du site opératoire :

  • 35% des cas d’infections du site opératoire sont causés par le sthaphylococcus aureus
  • 10% des cas sont provoqués par l’E.coli
  • 10% sont provoqués par le pseudomonas aeruginosa
  • 8% sont provoqués par le staphylocoque coagulase négatif

Bref, tout le corps doit être isolé et les intervenants respectent un protocole spécifique de stérilité parce qu’une simple goutte de sueur qui tombe dans une incision chirurgicale peut avoir des conséquences graves et irréversibles.

Porter des surchaussures en salle blanche, une charlotte, des gants et d’autres vêtements pour un habillement stérile est obligatoire dans les blocs opératoires. Le corps humain est en effet une source réelle et importante de contaminants. Et la tenue règlementaire ne suffit pas pour garantir la stérilité de la salle d’opération. Le système de ventilation, dont vous trouverez tous les détails sur cette page, est un autre point rigoureusement contrôlé dans ce milieu.

Comments

Aucun commentaire.

Déposer un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire.

© Copyright . Tous droits réservés.